Antiseptiques – Désinfectants – Stérilisation

0
95

ANTISEPTIQUES – DESINFECTANTS

I- DEFINITIONS :

1- Désinfectant :

  • Agent chimique doué d’un pouvoir antimicrobien.
  • Terme général qui regroupe les antiseptiques, les désinfectants et agents conservateurs.
  • Au sens strict, agent appliqué au monde inanimé (matériel et surfaces : endoscopes, instruments, locaux..)

2- Antiseptique :

  • Agent appliqué à des cellules tissus vivants

3- Agent conservateur :

  • Agent incorporé dans une préparation pour conserver le médicament (bactériostatique)

4- Stériliser :

  • Tuer ou éliminer tous les micro-organismes ou virus présents (bactéricide)

5- Désinfecter :

  • Eliminer, tuer ou inactiver les micro-organismes ou virus indésirables.

Sources de contamination

  • D’où viennent les micro-organismes

-> Notre tenue vestimentaire

– vêtements y compris blouse de travail

– chaussures

-> Notre système pileux : cheveux, barbe

-> Notre peau

Microflore normale

– Staphylocoques : SCN, 5. aureus

– Streptocoques

– Bacillus sp

– Candida sp

-> Le nez, la bouche, les ongles

-> De l’environnement

II- UTILISATION DES DÉSINFECTANTS :

  • Antiseptiques : en contact direct avec la peau : peu agressifs
  • Rôle labile (alcool)
  • Effet prolongé (iodophores : bétadine)
  • Désinfectant : agressivité variable

– Chlore dans une piscine, non nocif pour les baigneurs

– Désinfectants des sols d’hôpitaux : fortement microbicides

III- CHOIX DES DÉSINFECTANTS :

  • Efficacité, spectre d’action, résistance
  • Tolérance (toxicité)
  • Coût

Aspects pratiques

– Temps de séchage, trempage

– Sensation

– Conditionnement

– Agressivité

– Gouts

– Couleur

Tableau 1 : CATEGORIES DE DESINFECTANTS

Désinfectants Antiseptiques
Aldéhydes X (X)
Dérivés phénoliques X X
Halogénés : chlore X X
Halogénés : iode (X) X
Biguanide : X
chlorhéxidine
Ammoniums

quaternaires

X X
Alcools (X) X
Peroxyde

D’hydrogène

X X

(X) : moins

IV- SENSIBILITE DES MICRO-ORGANISMES :

– Bacilles à Gram négatifs

Membrane externe diminue la sensibilité aux désinfectants

– Mycobactéries

La paroi lipidique empêche la pénétration de solutions aqueuses (désinfectants)

– Spores

Fréquemment résistantes

– Les virus

-> Enveloppés : herpes, variole, hépatite B et C, grippe, VIH/ meilleure sensibilité S

-> Non enveloppés : polio, hépatite A et E, papillomavirus

V- SITE D’ACTION DES DÉSINFECTANTS :

Cible microbienne et type d’interaction Effet sur la cellule
Aldéhydes Alkylation des groupes NH2 sur protéines et acides nucléiques Inhibition des fonctions enzymatiques et nucléiques
Dérivés phénoliques : alcools Dénaturations des protéines cytoplasmiques et membranaires Inhibition enzymatique altération membranaire
Coagulation cytoplasmique
Chlore, iode, peroxyde d’hydrogène Oxydation des groupes SH des protéines Inhibition enzymatique, modification des protéines structurelles
Chlore, iode Halogénation des acides aminés aromatiques des protéines Inhibition enzymatique, modification des protéines structurelles
Chlorhexidine,

Ammoniums

quaternaires

Liaison aux groupements phosphate et chaînes d’acides gras de lipides de la membrane Altération membranaire fuite des constituants cellulaires, coagulation cytoplasmique

 

  • Paroi bactérienne : interaction avec les groupes protéiques NH2 aldéhydes
  • Membrane bactérienne : altération de la perméabilité, fuite des constituants cellulaires….chlorhéxidine
  • Enzymes : blocage des enzymes de la synthèse protéique…agents oxydants (chlore, iode, peroxyde d’hydrogène).

VI- FACTEURS INFLUANCANT L’EFFICACITÉ DES DÉSINFECTANTS :

1- Temps de contact

2- Concentration

3- Température (activité augmente avec la température)

4- PH

-> Si le PH augmente/

– l’activité diminue pour : phénols, hypochlorite, iode
– L’activité augmente pour : ammoniums quaternaires, chlorhéxidine, glutaraldehyde

5- Présence de matière organique

a- Stabilité chimique

– perte d’efficacité après ouverture du flacon (eau oxygénée, hypochlorite)
– dégradation au contact de métaux

b- Stabilité microbiologique

-> Pour les solutions aqueuses

– Contamination rapide après ouverture du flacon (24h max), excepté pour la bétadine solution standardisée

-> Pour les solutions alcooliques

– Stables jusqu’à date d’expiration, si conservation adéquate.

VII- QUELQUES CONSEILS :

– Après ouverture, indiquer la date d’ouverture sur le flacon

– Bien refermer le flacon après emploi.

– Conserver à l’abri de la chaleur et de la lumière.

LA STÉRILISATION

I- DÉFINITIONS :

  • La stérilité : c’est l’absence totale de germes
  • L’asepsie : elle est étroitement rattachée à la stérilité. Un travail aseptique s’accomplit à l’écart de tout germe. Un territoire, une enceinte aseptique sont indemnes de bactéries, une intervention aseptique s’effectue à l’abri de microbes.
  • L’antisepsie : opération qui consiste à détruire par divers produits physiques ou chimiques les germes déjà présents. Cette opération n’aboutit pas dans tous les cas à la stérilité, il s’agit donc d’une simple décontamination au cours de laquelle disparaissent la majorité et non la totalité des contaminants.
  • La stérilisation : c’est l’opération qui consiste à détruire les germes vivants ou à les éliminer du milieu qui les contient.
  • La désinfection : elle a pour but d’empêcher la contamination : destruction des bactéries à pouvoir pathogène élevé, pouvoir pathogène occasionnel, d’organismes de malades dont les moyens de défense sont diminués.
  • La pasteurisation : elle a pour bu la conservation pendant un temps limité de produits naturels (substances alimentaires). Elle ne détruit que les seules formes végétatives.

II- PROCÉDÉS DE STÉRILISATION :

  • Par la chaleur sèche

Au four Pasteur ou poupinel, un chauffage à 170°C pendant une demi-heure détruit toutes les bactéries même les spores. Le matériel à stériliser par ce procédé est variables : verrerie, matériel métallique, porcelaine..

  • Par chaleur humide : autoclave

Dans une atmosphère de vapeur d’eau, toutes les bactéries sont tuées même sous leurs formes sporulées en 20mn à 115-120°C On peut stériliser par ce procédé :

– Milieux de culture

Objets en caoutchouc ou matière plastique

– Verrerie
– Instruments de prélèvement (soins dentaires) ou matériel de pansement

Le matériel est stérilisé avant et/ou après son utilisation.

  • Tyndallisation

Plusieurs séances de chauffage faites dans des conditions déterminées à intervalles réguliers. Ce procédé est utilisé pour les substances ni autoclavables, ni filtrables (sa vaccins).

  • Filtration

Elle consiste à faire passer le liquide à stériliser à travers une paroi poreuse ou une membrane qui retient les bactéries : sérum, vitamines..

  • Radiation

Seuls les rayons UV sont d’utilisation courante : les ondes comprises entre 2500° et 2800° sont très bactéricides (lampes UV), surtout pour la stérilisation des locaux destinés aux manipulations aseptiques.

Cours du Dr OUCHENANE Z – Faculté de Constantine

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here