Arthrose

0
66

I- Définition :

C’est un rhumatisme dégénératif mécanique en rapport avec des troubles de la formation des fibres de collagène du cartilage articulaire Un trouble de réparation

Actuellement il existe une hypothèse qu’il s’agisse d’une pathologie métabolique car associée à l’obesité

II- Épidémiologie :

C’est une pathologie qui touche des sujet d’un certain âge avancé

Fréquente chez la femme mais peut se voir chez l’homme (la frq diffère d’une région à une autre) Chez nous c’est la gonarthrose de la femme obèse qui est la plus fréquente Parfois la femme jeune (40 ans) peut avoir une arthrose digitale primitive (au niveau des petites articulations de la main), ce sont des formes héréditaires

Les jeunes sportifs de haut niveau peuvent avoir une arthrose due aux traumatisme (là les formes peuvent être sévères)

La qualité du cartilage diffère d’une personne à une autre et c’est un élément important qui intervient dans la genèse de la maladie

L’arthrose secondaire se voit si : surpoids, obésité, vices architecturaux (varum, valgum), troubles de l’architecture de l’axe osseux, arthrite septique, rhumatisme inflammatoire

III- Clinique :

  • DLR mécanique : calmée par le repos
  • Parfois congestion synoviale réactionnelle → gonflement (mais pas aussi important que celui d’une arthrite)
  • Gonarthrose :

– DLr à la marche, à la montée et à la descente des escaliers
– Gonflement avec effacement des méplats du genou
– La DLR peut entrainer une impotence ou une utilisation de cane (disparait repos)
– A l’examen clinique : DLR à la mobilisation du genou ; rabot positif (mobilisation de la rotule et des surfaces articulaires tibio-fémorales à droite et à gauche → surfaces rugueuses → rabot
– Petit épanchement parfois : signe de flot positif

  • Cervicarthrose :

– Cervicalgies chroniques avec parfois épisodes aigus
– Risque de myélopathie cervicale arthrosique : du fait de la formation des ostéophytes en bec. Cette myélopathie est d’autant plus grave que le canal médullaire est initialement rétréci
– On peut voir une atrophie thénar et hypothénar en rapport avec la myélopathie cervicale
– Si ça touche le disque intervertébral on parle de luncarthrose (arthrose du luncus) ou discarthrose cervicale

  • Lombarthrose – lombodisquarthrose : localisation fréquente, risque de cpc graves si canal étroit congénital
  • Arthrose digitale : avec nodosités d’Heberdein et de Bouchard en rapport avec une arthrose des IPP et IPD surtout chez la femme jeune (parfois pose un problème de dg différentiel avec la PR)

IV- Biologie :

Pas de signes inflammatoires ni marqueurs sérologiques, le bilan phosphocalcique est normale

V- Radiographie :

Radio de l’articulation malade et de l’articulation controlatérale pour les comparer. Les signes pathognomoniques sont (les signes cardinaux) :

  • Ostéocondensation
  • Erosion et géodes de l’os sous chondral
  • Bec ostéophytique marginal
  • Absence de déminéralisation osseuse

Il existe un amincissement du cartilage qui à un stade plus avancé disparaitrai et mettra à nu les surfaces osseuse

Au niveau digital : pincement des IPPet IPD ; les articulations arthrosiques s’accompagnent d’ostéophytes et d’absence de déminéralisation ce qui permet d’établir la différence avec la PR

VI- Traitement :

Le but est de diminuer le nombre d’accès douloureux pour limiter la chondrolyse

Antalgiques parfois AINS

Parfois infiltration intra-articulaire de CTC (sans dépasser3x/an au niveau de la même articulation)

TRT de fond : chondroprotecteur : sulfate de glucosamine (TRT de longue durée peut aller à 8 mois) ; parfois recours à la viscosupplémentation (linj intra-articulaire/semaine pdt3 semaines) qui peut être répétée après 8 à 12 mois

L’activité physique est necessaire en dehors de phases de congestion articulaire maintenir → un bon tonus musculaire

La rééducation physique : renforcement musculaire, maintenir une bonne densité osseuse

Cours du Dr Boudersa – Faculté de Constantine

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here