Bronchite chronique

0
132

I- Généralités :

  • Très fréquente, volontiers négligées, évolution potentielle méconnue.
  • 20% évoluent vers une IR et le reste dyspnée.
  • Chaque année 1200 DC par BPCO.
  • En France : 3 millions dont 1/3 présente des trbles ventilatoires obstructifs.
  • 6éme rang des affections chroniques juste après l’asthme.
  • Problème de santé publique.

II- Définition :

Définition clinique (anamnestique)

La bronchite chronique « BC » est une affection très fréquente caractérisée par une hypersécrétion de mucus suffisante pour entraîner une toux ramenant des expectorations séro-muqueuses et/ou muco-purulentes survenant a n’importe quel moment de la journée, pendant au moins 3 mois consécutifs et pendant au moins 2 années successives.

Il s’agit aussi d’un déficit ventilatoire obstructif caractérisé par un rapport peu ou pas réversible.

III- Facteurs Etiologiques :

A- Les facteurs extrinsèques :

  • tabagisme actif ou passif (90 % des cas).
  • La pollution professionnelle (inhalation de poussière, de vapeurs.), industrielle, atmosphérique, ménagère.
  • Les conditions climatiques et météorologiques.

B- Les facteurs intrinsèques :

  • Infections surtout virales (les viroses expliquent la BC chez l’enfant).
  • Allergie et hyperréactivité bronchique.
  • L’obésité.
  • Prédisposition génétique (prématuré).
  • Certains déficits immunitaires (surtout en IGA sécrétoires et en al antitrypsine.)
  • RGO

C- autres facteurs :

  • Conditions socio-économiques défavorables.
  • L’âge et le sexe (les hommes de plus de 50 ans.)

IV- Anapath :

Les Modifications histologiques au cours de la BC peuvent être :

  1. hypertrophie des glandes séro-muqueuses le long de l’arbre tracheo-bronchiques .
  2. modification des proportions des différentes cellules de l’épithélium avec hyperproduction du mucus responsable de l’obstruction des voies aériennes .
  3. inflammation des voies aériennes avec tendance a l’atrophie et a la fibrose de celle-ci
  4. infection du mucus n’est pas obligatoire (la purulence n’accompagne pas tjrs l’infection).

V- Diagnostic Clinique :

Il s’agit le plus souvent d’un homme 40 – 50 ans qui vient consulter pour une toux chronique productive + dyspnée (peut être une femme ou un enfant).

* A l’interrogatoire on insiste sur :

  • la recherche d’éléments étiologiques suscités et signes d’hypoxie sévère (cyanose, hippocratisme digital).
  • les caractéristiques de la toux, l’expectoration.
  • la dyspnée et ses caractéristiques.

* L’examen clinique Recherche :

  • Malade obèse, bréviligne, cyanosé, thorax distendu, avec présence de signe de Hoover (↓ paradoxale du diamètre baso-thoracique), et signe de Combell (↓ de la distension du cartilage par rapport au sternum)
  • Des râles ronflants. Parfois associés à des râles sibilants.
  • Parfois aussi des signes de retentissement sur le cœur droit (galop droit, signes d’IT, signes d’HTAP, œdème des membres inferieurs).

VI- Diagnostic Paracliniques :

A- Radiographie du thorax standard :

Elle est au début normal, mais à un stade évolué, on peut retrouver:

1- Des signes de distension thoracique:

  • Horizontalisation des cotes
  • Augmentation de l’espace intercostal
  • Aplatissement de la coupole diaphragmatique

2- Des signes de destruction parenchymateuse : Une hyperclarté associée à une raréfaction de la vascularisation périphérique => installation de l’emphysème

3- Des signes bronchitiques : Une image de type aréolaire.

4- Des signes inflammatoires: Une image réticulo-micronodulaire.

5- Des signes cardiaques droits: Avec Une cardiomégalie (HTAP, dilatation, IVD,…)

B- TDM :

  • Faire un inventaire lésionnel précoce et précis
  • Dgc des Kc

C- Endoscopie:

  • Elle n’est pas systématique
  • Étendu de l’inflammation et confirmation
  • Aspect et abondance des secrétions (hémoptysie)
  • Bx afin d’établir un dgc histologique (dysmitose : lésion pré-Kc)
  • Dépister la BPCO
  • Éliminer une éventuelle cause locale (corps étranger)

D- Exploration fonctionnelle respiratoire :

But : dgc, pronostic et thérapeutique

  • Spirometrie classique : les débits et les volumes gazeux
  • Courbe débit/volume : l’étude des débits respiratoires (dynamique) en fct des volumes (statique)
  • Mesure des compliances pulmonaires (statique et dynamique)
  • Mesure de la capacité de transfert de CO (DLCO^)
  • mesure des gaz du sang artériel au repos et à l’effort

E- Bilan biologique.

F- ECG.

VII- Évolution :

Variable d’un sujet a l’autre, dépend du génotype

Evolue par stades, de la bronchite simple a la bronchite chronique avec troubles de l’hématose et parfois vers la mort (ne tient pas compte du facteur temps)

A- Stade de Bronchite chronique catarrhale ou simple (début) : purement clinique, Absence d’anomalies respiratoires fonctionnelles, Tiffeneau N, VEMS/CV >70% (normal)

B- Stade de Bronchite chronique avec troubles ventilatoires obstructifs :

Cliniquement :

  • Dyspnée d’effort
  • Poussée de cyanose.
  • Râles ronflants avec râles sibilants.

Radiologiquement :

  • Signes de distension thoracique et/ou de destruction parenchymateuse.

EFR : Sd obstructif peu ou pas réversible

  • VEMS bas, CV basse, Tiffneau bas <70, VR élevé, CPT normale, CRFÎTT, Elasticité pulmonaire conservée mais résistances augmentées.

En fonction du VEMS on peut classer la BPCO en :
Stade 1 : BPCO légère pour un VEMS> 80
Stade 2 : BPCO modérée pour un VEMS entre 50 et 80%.
Stade 3 : BPCO modérément sévère pour un VEMS entre 30 et 50%.
Stade 4 : BPCO sévère pour un VEMS < 30%.

C- Stade de Bronchite chronique avec trouble de l’hématose insuffisance respiratoire : Elle doit être impérativement corrigée. Sinon, elle sera à l’origine :

  • en lér temps : d’hypoxie qui reflète l’effet shunt
  • en 2éme temps : d’hypercapnie (sévère si sup ou égale à 60mmHg) signe de gravité
  • polyglobulie, d’HTAP, d’IVD et d’oligurie.

Le syndrome obstructif est aggravé avec CPT augmentée.

VIII- Traitement :

A- Traitement préventif :

  • Dépistage des sujets à risque.
  • Localisation et traitement des infections.
  • Rechercher les causes
  • Vaccination

B- Traitement médical :

1- Stade catarrhal :

  • Kinésithérapie respiratoire.
  • Antibiothérapie si infection.

2- Stade obstructif :

  • Broncho-dilatateurs.
  • Kinésithérapie respiratoire.
  • Antibiothérapie si infection.
  • Amaigrissement si obésité.
  • Jamais d’antitussifs.

3- Stade d’insuffisance respiratoire :

  • Oxygénothérapie ou ventilation assistée.
  • Broncho-dilatateurs.
  • Saignées si polyglobulie.
  • anti inflammatoires (AIS=corticoïdes) : stade III
  • Diurétiques et anticoagulants.

IX- Diagnostic différentiel :

  • asthme.
  • embolie.
  • bronchite oblitérant.
  • bronchiectasie : DDB.
  • problème cardiaque : IVG, ICG => dyspnée.
  • mucoviscidose.

Cours du Dr Mokrane – Faculté de Constantine

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here