Paralysie obstétricale du plexus brachial

0
6773

I- NTRODUCTION :

1- Définition :

  • C’est une paralysie traumatique du plexus brachial survenant au moment de la naissance, consécutive le plus souvent à un accouchement difficile Ions de l’expulsion
  • Peut aussi être consécutive a une césarienne par malposition utérine.
  • Peut être partielle ou totale du bras et/ou de la main.

2- Épidémiologie :

  • Rare chez l’enfant : 0.05 – 0.145%
  • Légère prédominance chez garçons : 51%
  • 2x supérieur à Droite / Gauche
  • Rarement bilatérale : 1.5- 5 %
  • Malgré les progrès de la PEC obstétricale, la paralysie obstétricale n’a pas disparu et demeure stable. Certains facteurs sont corrélés a sa survenue .

Facteurs maternels :

Primiparité en cas de présentation du sommet Prise pondérale > à 20 kg durant la gestation

Facteurs fœtaux :

Poids de naissance > 4 Kg en cas de présentation du sommet.
Prématurité en cas de présentation de siège

Facteurs obstétricaux :

Dystocie des épaules retrouvée dans 80-90 %
Allongement de la durée de la phase de dilatation Engagement tardif de la présentation fœtale

II- ANATOMIQUE DESCRIPTIVE :

Plexus Brachial
  • Le PB est formé par l’union des Br. Ant des N.R de C5 a DI + l’anastomose de C4
  • Il assure l’innervation sensitive et motrice de la ceinture scapulaire et du MS

Constitution : il est constitué de

  • Troncs Primaires (TP) = TP Sup(C5C6 et anast de C4), TP Moy(C7),TP lnf(C8Dl)
  • Troncs Secondaires (TS) = Les TP se divisent en Br Ant et Post puis s’anastomosent pour donner des TS. TS Antéro-Ext = Br ant TP Sup+Br ant TPMoy.

TS Post = Br post des 03 TP.
TS Antéro-lnt = Brant TP Inf.

Situation et rapports : il est comparé a un triangle a base cervicale interne( NR) et sommet externe (creux axillaire).

  • TP situés région du défilé scalénique
  • TS situés région rétroclaviculaire
  • les Br Terminales sont situés creux axillaire

III- PHYSIOPATHOLOGIE DES LÉSIONS :

* ANATOMOPATHOLOGIE DES LESIONS NERVEUSES (CLASSIFICATION DE SEDDON) :

– Soumis a une traction, le nerf développe (03) types de lésions :

NEURAPRAXIE = élongation sans solution de continuité des gaines nerveuses interruption localisée de la conduction nerveuse la récupération est rapide ( 2 à 3mois)

AXONOTMESIS = interruption de la continuité de l’axone avec respect de la gaine de Schwann, on a une régénérescence axonale spontanée

NEUROTMESIS = interruption complète de l’axone et des gaines conjonctives pas de récupération spontanée

* ANATOMOPATHOLOGIE SELON LA PRÉSENTATION :

– quelque soit le type de présentation ,il s’agit d’un traumatisme exercé sur les racines du PB par traction sur l’épaule ou la tête
1- Naissance par présentation céphalique : manœuvres de la tête première en rotation et abaissement de l’épaule
2- Naissance par présentation de siège : rétention tête dernière

  • ATTEINTES PROXIMALES (HAUTES) C5 C6 Paralysie de l’épaule, du coude, de la supination et l’inclinaison radiale du poignet = paralysie DUCHENNE-ERB + 75% de cas
  • ATTEINTE DISTALES (BASSES) C8 D1 Paralysie de la main
  • ATTEINTES TOTALES C5 D1 représentent 25% des cas

IV- EXAMEN CLINIQUE :

Variable selon l’âge avec des caractéristiques communes

NNE
– MS flasque ,douloureux (pleurs)
– MS sain hypertonique avec flexion physiologique
– Bilan articulaire passif normal

NOURRISSON et ENFANT, Avec la croissance osseuse on a:
– Attitudes vicieuses (RI bras, main ballante,F°coude)
– Limitations articulaires par rétraction ou déséquilibre musculaire entre agonistes et antagonistes
– Testing musculaire
– Ex neurologique ( éliminer une pathologie centrale)
– Reflexes et Tonus
D’autres signes viennent s’ajouter à ceux déjà décrits :

SIGNE de CLAUDE BERNARD-HORNER du coté de la lésion par arrachement de la racine C8ou Tl a l’intérieur du canal rachidien (association ptosis, énophtalmie et myosis),

Atteinte du NERF PHRENIQUE (C3 C4),se traduit par une paralysie du diaphragme homolatéral conduisant souvent à une détresse respiratoire,

V- EXAMENS PARACLINIQUES :

– Permet de poser le diagnostic
– Permet de déterminer le niveau lésé
RX STANDARD = fracture de la clavicule ou de l’humérus
EMG = se fait a partir du 3ème mois, interprétation difficile, douloureux
IRM = pour visualiser les racines et les pseudoméningocèles

VI- ÉVOLUTION :

  • La récupération débute une fois le traumatisme passé
  • spontanément dans la plupart des cas ,ou chirurgicalement par exploration et greffe nerveuse sur 2 a 3 ans en privilégiant la main
  • Le traitement des séquelles ne sera envisagé qu’après stagnation de la récupération au delà de 03 ans.

VII- TRAITEMENT :

Rééducation :

  • Les objectifs de la rééducation sont de préserver les mobilités articulaires afin de permettre la réalisation des mouvements lorsque les muscles récupèrent. Elle commence seulement après les trois premières semaines de vie afin de ne pas provoquer d’étirement supplémentaire et de permettre une cicatrisation nerveuse correcte, l’enfant étant de plus douloureux. Pour cela, le membre supérieur est maintenu dans une écharpe en rotation interne coude au corps.
  • Pendant la période de récupération, trois types de travail sont associés : la mobilisation passive et surtout active, le maintien de postures et l’ergothérapie.
  • L’utilisation d’attelles de posture est souvent indispensable afin d’éviter les positions vicieuses ou de placer le segment de membre dans une position fonctionnelle.
  • La rééducation doit prendre aussi en compte les différents troubles sensitifs même s’ils sont difficiles à évaluer. Cette rééducation comprend des stimulations répétées à type de contacts manuels, de massages, d’alternance de chaud et de froid, de stimulation par le toucher des structures, de forme et de consistance différentes

Chirurgie nerveuse :

  • intervient essentiellement entre 06 mois et lan après avoir réuni arguments cliniques et paracliniques permettant d’évaluer le pronostic de la récupération de l’enfant. Plusieurs possibilités sont envisageables :
  • La récupération complète et précoce traduit le plus souvent des lésions neurapraxiques du plexus brachial. Cette récupération est généralement rapide en quelques jours à quelques semaines et ne nécessite aucun traitement chirurgical. Seul un traitement kinésithérapique permet d’entretenir les mobilités articulaires et de stimuler la récupération des mobilités actives de l’enfant au-delà du 1er mois quand l’enfant n’est plus douloureux.
  • L’absence de récupération coïncide généralement avec l’existence d’une paralysie plexique sévère, voire totale. Cette éventualité implique la réalisation d’examens complémentaires afin de rechercher des signes d’avulsion radiculaire (résonance magnétique) et de dénervation (électromyogramme). L’indication chirurgicale est alors posée dès le 3e mois.

Enfin, la récupération peut être partielle dans sa topographie ou dans l’intensité de la force musculaire des différents groupes. Lorsqu’il s’agit de paralysies proximales (flexion du coude et abduction, rotation externe de l’épaule) témoignant d’une lésion C5-C6 ou C5-C6-C7, l’absence de

Chirurgie des séquelles :

La chirurgie secondaire du plexus brachial n’intervient que lorsque les possibilités de récupération nerveuse sont épuisées. Dans la majorité des cas, les interventions de transfert musculaire ne sont pas réalisées avant l’âge de 2 à 3 ans lorsque la récupération spontanée ou acquise après chirurgie s’épuise. De plus, les interventions osseuses sont réalisées beaucoup plus tardivement, vers l’âge de la puberté.

  • Transfert tendineux
  • Interventions palliatives osseuses (de l’ostéotomie a l’arthrodèse)
  • Amputations

VIII- CONCLUSION :

  • Les différentes techniques de traitement sont complémentaires et permettent, lorsqu’elles sont associées, de redonner aux trois quarts des enfants une motricité suffisante pour un membre supérieur non dominant.
  • Même si des progrès sont réalisés dans l’avenir, la chirurgie n’est qu’un moyen de rattrapage.
  • la prévention trouve toute sa place tant dans le suivi des grossesses (prévention des mères obèses) que dans les indications de césarienne.
  • Enfin la PEC multidisciplinaire avec la coopération des parents mérite plus d’intérêt .
  • La PEC Psychologique intervient a tous les stades (âge scolaire +++)

Cours du Dr BELGHOUL – Faculté de Constantine