Pathologie interstitielle

0
174

I- Définition -Généralités – Rappel morphologique – Méthode d’étude du milieu interstitiel :

1- Définition :

Le système intercellulaire représente un ensemble d’espaces ou de territoires qui forment la matrice ou moule d’un tissu où d’un organe.

2- Généralités :

Étant le lieu ou s’effectuent tous les échanges, le système intercellulaire est le support indispensable à la vie de toutes les cellules.

Ce système est appelé également – Tissu conjonctif commun – Chorion ou interstitium.

De siège ubiquitaire, il est largement réparti à travers tous les tissus, s’étendant entre les éléments vasculaires, les membranes basales des épithéliums et les membranes des cellules du mésenchyme spécialisé.

Le système intercellulaire assure :

  • Un rôle de soutien
  • Un rôle de nutrition permettant tous les échanges métaboliques entre les capillaires sanguins et les cellules.
  • Un rôle de défense de l’organisme
  • Un rôle dans la différenciation cellulaire.

3- Rappel structural et physiologique :

Le système intercellulaire est composé de 2 constituants essentiels :

  • La substance fondamentale
  • Les éléments de nature fibrillaire

→ La substance fondamentale : C’est la matrice intercellulaire proprement dite dans laquelle repose les cellules et les fibres du tissu conjonctif. Elle est amorphe, homogène et non structurée. Composée essentiellement de :
– Mucopolysaccharides neutres ou gycoprotéïnes… .rôle antigénique
– Mucopolysaccharides acides, simples ou sulfatés se comportant comme des substances cimentantes.

→ Les éléments de nature fibrillaire : Jouent un rôle important dans le maintien et l’intégrité des structures de soutien.
– Les fibres de collagène : Leur diamètre est de 1 à 12 nm, constituées de faisceaux de fibrilles de 20 à 200 pim. Elles sont peu extensibles, très résistantes à la tension, mais flexibles. Constituées d’une protéine : le collagène, fabriqué par le fibroblaste sous forme de procollagéne et devient tropocollagéne en traversant la membrane plasmique du fibroblaste.
– Les fibres de réticuline : Très minces (0,2-1 jim) ; ramifiées. Il semble s’agir d’une forme immature de fibres de collagène.
– Les fibres élastiques : elles sont ramifiées d’épaisseur variable (ljwm àlO/im). Soumises à une tension, elles s’étirent et reprennent leur longueur initiale à la fin de cette tension. Cela confère l’élasticité au tissu qu’elles constituent (Vaisseaux, peau, poumon)

4- Techniques et méthodes d’études :

→ Étude macroscopique :
– La substance fondamentale est transparente, gélatineuse et visqueuse.
– Les éléments fibrillaires sont de coloration blanchâtre, leur consistance varie selon leur quantité, leur nature et la prédominance de l’une d’entre leurs variétés (collagène, réticuline ou élastique).

→ Étude en microscopie optique : Grâce à des colorations spéciales

  • La substance fondamentale : Le Bleu Alcian et le PAS… .colorent les mucopolysaccharides. Le premier en Bleu turquois, le second en Rose fuschia.
  • Les éléments fîbrillaires :

– HE safran : colore le collagène en Jaune, les fibres de réticuline et les fibres élastiques Eosinophiles (rose vif)
– Le trichrome de Masson : collagène en Vert ou en Bleu
– La coloration à l’argent colore les fibres de réticuline en Brun Noir
– L’orceïne colore les fibres élastiques en Brun

II – Pathologie du milieu interstitiel :

1- Facteurs influençant cette pathologie :

  • Les hormones sexuelles : Oestrogènes, progestérone, testostérone
  • Enzymes polymérisants (Cathepsine D, plastine) dépolymérisants (Collagénase hyalurinodase, élastase)
  • Les secrétions endocrines : PTH, glucocorticoïdes ACTH
  • TRT : Antinflammatoires

2- Les altérations primitives des substances intercellulaires :

A – Modifications quantitatives des éléments fîbrillaires :

→ Raréfaction des éléments ou atrophie :

Définition : elle désigne la réduction de la quantité du volume des substances intercellulaires par rapport à l’état normal Exemples :
– Diminution de la trame protéique osseuse dans l’ostéoporose
– Diminution ou disparition des fibres élastique du derme observée dans les vergetures.
– Diminution du réseau élastique du poumon … .Emphysème pulmonaire (Par déficit en al antitrypsine)

→ Augmentation des éléments ou hypertrophie : LES FIBROSES OU SCLEROSES

1- Définition : C’est une augmentation du nombre des fibres intercellulaires entraînant une induration d’un organe ou d’un tissu c’est-à-dire sa sclérose. Le plus souvent elle intéresse le collagène.

2- Circonstances d’apparition :

  • Les scléroses secondaires ou post inflammatoires
  • Les scléroses primitives dites dystrophiques

3- Principales variétés de sclérose :

Les scléroses collagènes : liées à une surproduction de fibres collagène :
– Au dernier stade de l’inflammation
– Au cours des inflammations chroniques (TBC, Syphilis)
– Au cours d’affections auto-immunes : Sclérodermie

Les scléroses élastiques et les élastoses : Les lésions cutanées actiniques (peau sénile,exposition prolongée aux rayons UV)

4- Topographie :

Les scléroses peuvent être systématisées (Ex : Fibrose pulmonaire interstitielle primitive) ; ou mutilantes et disséquante (Sclérose après un infarctus) et enfin d’encerclement (Abcès et caverne tuberculeuse).

5- Conséquences de la sclérose :

→ Conséquences fonctionnelles : peuvent être
– Bénéfiques : Sclérose cicatricielle lors d’une plaie
– Néfastes : Sclérose systématisée de la fibrose pulmonaire interstitielle primitive qui aboutit à une insuffisance respiratoire sévère.

→ Conséquences morphologiques : Les scléroses peuvent
– Augmentation de volume de F organe… .Sclérose hypertrophique (Ex : Cholécystite chronique hypertrophique)
– Diminution de volume de l’organe Sclérose atrophique (Ex : Cholécystite chronique atrophique)
– Modifier l’aspect morphologique de l’organe : Cirrhose du foie.

B – Modification qualitatives des éléments fîbrillaires :

Dans certains cas il existe une augmentation avec modification qualitative de l’élément fibrillaire (Ex : Chéloïde).

C – Modification de la substance fondamentale :

  • Métamorphisme et métaplasie conjonctive : C’est la transformation d’une substance fondamentale en une autre substance fondamentale (Ex : chondrine en osséïne dans l’ossification enchondrale)
  • Imprégnations : Désigne la fixation dans le milieu intercellulaire de substances ou de produits normalement absents dans ce milieu . (Ex : Imprégnation calcaire des fibres élastiques dans la médiacalcose ou dans un foyer de nécrose).
  • Infiltrations : Elles désigne une pénétration du milieu intercellulaire par une substance de voisinage, de caractère diffus ou par des éléments isolés (Ex : Oedème, gangrène gazeuse, infiltration de cellules inflammatoires ou tumorales).

Cours du Dr N. LEMAICI – Faculté de Constantine

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here