Pouvoir pathogène des bactéries

0
165

I- INTRODUCTION :

LA RELATION AGENT INFECTIEUX MICROORGAINSMES EST MIEUX CONNUE AVEC LES BACTERIES

  • LES BACTERIES SONT REPANDUES DANS LA NATURE ET ASSURENT LEUR METABOLISME : CE SONT LES SAPROPHYTES (DE L’ENVIRONNEMENT, ET LEUR PRESENCE EST TRANSITOIRE)
  • A L’INVERSE, D’AUTRES BACTERIES SE MULTIPLIENT AUX DEPENS D’UN ORGANISME VIVANT : CE SONT LES BACTERIES PARASITES. CE PARATISIME S’EXPRIME EN 3 MODES :
  1. SYMBIOSE : AVEC AVANTAGE METABOLIQUE MUTUEL.
  2. COMMEN SALISME : AVEC AVANTAGE NUL MAIS PARASITISME RESTE OBLIGATOIRE.
  3. PARASITISME VRAI : LA BACTERIE EST NUISIBLE A L’HOTE.

DANS CE CAS : ON A LES

  • BACTERIES PATHOGENES SPECIFIQUES.
  • BACTERIES PATHOGENES OPPORTUNISTES.

+ LES BACTERIES PATHOGENES SPECIFIQUE : PROVOQUENT UNE MALADIE CHEZ LES SUJETS DONT LES MECANISMES DE DEFENSE SONT NORMAUX, v’ LES BACTERIES PATHOGENES OPPOTUNUSTES : BACTERIES

COMMENSALES OU SAPROPHYTES QUI DEVIENNENT PATHOGENES LORSQUE LES DEFENCES DE L’HOTE SONT AFFAIBLIES.

+ LES BACTERIES COMMENSALES : SONT PRESENTES SANS PROVOQUER DE MALADEIE HABITUELLEMENT

(EX : BACTERIES DU REVETEMENT CUTANE )

LES BACTERIES SAPROPHYTES : BACTERIES DE L’ENVIRONNEMENT DONT LA PRESENCE EST TRANSITOIRE.

CES BACTERIES PEUVENT ETRE HEBERGEES SANS PROVOQUER DE MALADIES = « PROTAGE SAIN »

✓ LA VIRULENCE SE DEFINIT COMME L’APTITUDE D’UN GERME A SE MULTIPLIER DANS L’ORGANISME.

+ LE POUVOIR PATHOGENE EST L’APTITUDE A ENGENDRE DES TROUBLES MORBIDES.

+ La virulence est une notion quantitative alors que le pouvoir pathogène est une notion qualitative.

II- VIRULENCE :

LA VIRULENCE EST LE RESULTAT DES FACTEURS

PROPRES AU GERMES ET DES MOYENS DE DEFENSE QUE L’HOTE DEVELOPPE POUR SE DEFENDRE CONTRE CETTE AGRESSION.

a- MESURE DE LA VIRULENCE :

  1. PAR L’ACTION D’UNE ESPECE BACTERIENNE SUR UN LOT D’ANIMAUX SENSIBLES.
  2. AINSI, ON DEFINIT : UNE DOSE MINIMA MORTELLE (D.M.M)
  3. DECES DE TOUS LES ANIMAUX : UNE DOSE LETAL A 50% (DL50)
  4. DECES DE 50% DES ANIMAUX DE L’EXPERIENCE.

b- VARIATION DE LA VIRULENCE :

1- ATTENUATION :

  • LA CONSERVATION, LES REPIQUAGES, ENTRAINENT UNE ATTENUATION OU MEME UNE EXTINCTION DE LA VIRULANCE D’UNE SOUCHE.
  • LA CHALEUR, LA DESSICATION LENTE, DE FREQUENTS REPICAGES SUR MILIEU DE CULTURE, ATTENUENT LA VIRULANCE
  • EXP : SOUCHE BCG : VACCIN CONTRE LA TUBERCULOSE

2- EXALTATION DE LA VIRULENCE :

  • PAR PASSAGE REPETES SUR UN HOTE RECEPTIF, SUR ANIMAL DE
  • LA BORATOIRE EXP : INOCULATION DU PNEUMOCOQUE A LA SOURIS /DU MYCOBACTERIUM TUBERCULOISIS AU COBAYE
  • NATURELLMENT, LE MEME PHENOMENE EST OBSERVE AVEC LE VIRUS DE LA GRIPPE ? DE LA ROUGEOLE, DE LA MENINGITE CEREBRO SPINALE (LE DEBUT DE L’EPIDEMIE EST BENIN, LA FIN EST MALIGNE AVEC DES DECES)

• CERTANES ASSOCIATIONS MICROBIENNES EXALTENT LA

VIRULENCE, EX : LE STREPTOCOQUE ET LE BACILLE DIPHTERIQUE (LE STREPTOCOQUE RAMENE ET DONNE LE GENE TOX AU BACILLE DIPHTERIQUE QUI DEVIENDRA VIRULENT)

3- CONSERVATION DE LA VIRULENCE :

  • NATURELLENMENT CEST LE PHENSOMENE DE LA SPORULATION
  • AU LABORATOIRE : LYOPHILISATION, DESSICATION SOUS VIDE , A TRES BASSE TEMPERATURE.

4- FACTEURS LIES A L’HOTE :

  • SELON L’ESPESE ANIMAL :

EX : SOURIS ET PENUMOCOQUE.

CHARBON ET MOUTON, POULE, HOMME • SELON L’AGE :

LES PLUS EXPOSE : PETIT – AGE.

  • SELON LA NUTRITION :
  • DEFICIENCE EN PROTEINES.
  • CORTICOÏDES
  • ANTIBIOTIQUES.
  • SELON LES FACEURS LOCAUX :
  • STREPTOCOQUES ET LESIONS VALVULAIRES PRE-EXISTANTES.
  • STAPHYLOCOQUES COAGULASE NEGATIVE ET CATHTER.

5- FACTEURS LIES AU MILIEU EXTERNE :

  • SURTOUT LE FROID, LE TRAITEMENT IMMUNOSUPPRESSEUR, ETLA PORTE D’ENTRÉE DE L’ESPECE MICROBIENNE .

III- ACTION PATHOGENE DES BACTERIES :

ELLE S’EXERCENET PAR 3 GROUPES DE MOYENS.

1- ÉLEMENTS DE PROTECTION DE LA BACTÉRIES :

 

A- ADESINES : LES BACTERIES PATHOGENES PENETRENT AU NIVEAU DES MUQUEUSES : ELLES ADHERENT GRACE A DES PROTEINES DE SURFACE : ADHESINES

  • CES ADHESINES SE TROUVENT AU NIVAUX DE PILI CHEZ CERTAINES BACTERIES.
  • CES ADHESINES AGISSMENT SPECIFIQUEMENT AVEC DES RECEPTEURS PRESENTS SURLES CELLULES DE L’HOTE (PARTIE OSIDIQUE D’UNE GLYCOPROTEINE) CETTE INTERACTION EXPLIQUE LE TROPISME DE CERTAINES BACERIES POUR UN SITE DONNE OU UNE ESPECE ANIMALE DONNEE
  • D’AUTES BACTERIES SE FIXENT SUR UN TRANSPORTEUR EXTRACE Ll U LAI RE (COLLAGENE, FIBRONECTINE). Œ QUI LEUR PERMET D’ADHERER PAR LA SUITE A DES CELLULES AYANT DES RECEPTEURS POUR CES PROTEINES. CE CONRACT PEUT ACTIVER DES GENES IMPUQUES DANS LA PATHOGENICITE (EX NOMBREUX BACILLES GRAM NEGATIFS : SALM0NEL1A5HIGELLA, ESCHERiCHIA COU ENTEROPATHGENE, YERSINIA…) CES PROTEINES SONT EXPORTEES PAR UN SYSTEME COMLEXE OU SYSTEME DE SECRETION DE TYPE 3 (S.S.T.3)

B- INVASION : LES BACTERIES PATHOGENES SONT CAPABLES D’ENVAHIR LES CELLULES NON PHAGOCYTAIRES :

  1. PAR UN PROCESSUS ABOUTISSANT A L’INGESTION DE CETTE BACTERIE, EQJVALENT A LA CLASSIQUE PHAGOCYTOSE.
  2. PAR UNE INTERACTION ENTRE UNE PROTEINE BACTERIENNE SUPREFICIELLE ET UN RECEPTEUR DE LA CELLULE.
  3. PAR DES GENES INVASIFS ET UN SYSTEME D’INJECTION (=S.S.T.3)
  4. APRES AVOIR PENETREE, LA BACTERIE SE TROUVE AU DEPART DANS UNE VACUOLE :
  • SOIT QU’ELLE TRAVERSE POUR SE LOCAUSER DANS UN AUTRE LIEU.

SOIT QU’ELLE PERSISTE.

SOIT QU’ELLE LA LYSE.SE MULIPUE DANS LE CYTOPLSME.

• ENFIN LA CELLUE ENVAHIE PEUT ETRE TUEE (PAR APOPTOSE, PAR EFFET TOXINIQUE)

C- RESISTANCE A LA PHAGOCYTOSE :

LES ELEMENTS DE PROTECTION, CAPSULE, OU CONSTITUANT PARIENTAL (PROTEINES OU POLYSACCHARIDES) EMPECHENT LA PHAGOCYTOSE . CE SONT LES BACTERIES EXTRA CELLULAIRES.

PERSISTANCE DANS LES PHAGOCYTEA :

AUTRES BACTERIES, NON CAPSULE, PERSISTENT ET SE MULTIPLIENT A L’INTERIEUR DES PHAGOCYTES MONONUCLEES : CE SONT LES BACTERIES PATHOGENES INTRA-CELLULAIRES. CES BACTERIEN INTRA-CELLILAIRES SONT DIVISEES EN 2 GROUPES :

CELLUES QUI SE MULTIPIENT A L’INTERIEUR OU A L’EXTERIEUR DE LA CELLULE=CE SONT LES INTRACELLULAIRES FACULTATIVES

CELLES QUI NE SE MULTIPIENT QU’A L’INTERIEUR DE CELLULES (MACROOHAGES, OU CELLULES EPITHELIALES) : CE SONT LES INTRACELLULAIRES OBLIGATOIRES

AUTRES ELEMENTS DE PROTECTIONS :

PROTEINE M DES STREPTOCOQUES

PROTEINE A DES STAPHYLOCOQUES

CE SONT DES ANTIGENES QUI INDUISENT LA SYNTHESE

2- ENZYMES BACTERIENNES :

  • NOMBREUSES, ELLES LYSENT CERTAINES SUBSTANCES CHIMIQUES FONDAMENTALES

EX : STREPTOKINASES : AGISSENT SUR LE CAILLOT FACILITANT SA DISSEMINATION.

  • COAGULASE : FAVORISENT LE CAILLOT (A PARTIR DE THROMBUS).
  • LEUCOCIDINES : ALTERENT LES POLYNUCLEAIRES.

3- TOXINES :

Escherichia coli entérotoxinogène (diarrhée des voyageurs), même mécanisme que pour le choléra (cf Vibrio)

IL EXISTE DEUX VARIETES :

EXOTOXINES ; PROTEINES THETMOLABILES

ENDOTOXINES : DE NATURE GLP = GLUCIDO-LIPIDO-PROTEQUE.

A- ENDOTOXINGS :

LA MEMBRANE EXTERNE DE TOUTES LES BACTERIES A GRAM NEGATIF CONTIENT UN LIPOPOLYSACCHARIDE

  • GLP, LIBERE APRES LYSE DE LA BACTERIE, FAIBLE AG,
  • ENDOTOXINE = AG »0″ DE CERTAINES BACTERIES GRAM (-) = ENTEROBACTERIES, PSEUDOMONAS.

LES EFFETS TOXIQUES SE MANIFESTENT DE DEUX FAÇONS :

EFFET PYROGENE : AUGMENTATION DE LA TEMPERATURE, DIMINUTION DES POLUNUCLEAIRES.

EFFET TOXIQUE : TROUBLES VASCULAIRES, DIMINUTION DE LA TENSION ARTERIELLE, COLLAPSUS CHOC

LEUR POUVOIR TOXIQUE EST MOINDRE PAR RAPPORT A CELUI DE EXOTOXINES,

DE L’ORDRE D’UNE D.M.M A10 -2 MG.

NB : ENDOTOXINE : 1932 PAR BOIVIN= AG DE BOIVIN

  • SUPPORT DE LA TOXICITE= POLYOSIDE+LIPIDE
  • PROTEINE (SEULE) = NON AG
  • PROTEINE + SUCRE + LIPIDE = AG

B- EXOTOXINES : (LEUR NOMBRE DEPASSENT LES 300).

  • PRODUITES PENDANT LA PHASE EXPONENTIELLE DE LA CROISSANCE BACTERIENNE A PARTIR DE LA CULTURE ON LES EXTRAIT PAR FILTRATION CENTRIFUGATION.
  • LEUR POUVOIR TOXIQUE EST TRES ELEVE EN GENERAL EX : TOXINE BOTULINIQUE

TOXINE TETANIQUE

TOXINE DIPHTERIQUE

LEUR D.M.M SONT DE L’ORDRE DE 10-3 à 10-5 mg

• ELLES SONT FORTEMENT ANTRAINANT LA SYNTHESE D’ANTICORPS

SPECIFIQUES, A TTTRE ELEVE DANS L’ORGANISME. CES ANTICORPS(AC) CE SONT

LES ANTITOXINES QUI SONT A LA BASE DE TRAITEMENTS PAR SEROTHERAPIE EX : SERUM ANTI BOTULINIQUES, SERUM ANTI TETANIQUE -LES EXOTOXINQUE SONT TRANSFORMEES EN ANATOXINES APRES DETOXIFICATION (TRAITEES AVEC CHALEUR ET FORMOL)

– L’ANA TOXINE EST A LA BASE DE LA VACCINATION.

LEURS EFFETS SE VOIENT AVEC DE FAIBLES CONCENTRATIONS LEURS MECANISMES D’ACTION SONT VARIES, SPECFIQUES AVEC :-MORT CELLULAIRE ;

-PERTURBATION D’UNE FONCTION (REVERSIBLE)

AUTRES MECANUSMES : ECHAPPEMENT AU SYSTEME IMMUNITAIRE

  • DE PLUS DE CES MECANISMES. LES BACTERIES PATHOGENES UTILISENT D’AUTRES MOYENS POUR ECHAPPER AUX DEFENCES DE L’HOTE EX :LES BACILLES GRAM NEGATIFS PATHOGENES SONT RESISTANTS A L’ACTION DU COMPLEMENT GRACE A DES STRUCTURES DE SURFACE QUI EMPECHENT SON ACTIVATION,OU QUI EMPECHENT L’INSERTION DU COMLEXE LYTIQUE DANS LA MEMBRANE EXTERNE
  • LES igA PROTEASES AU NIVEAU DES MUQUEUSES QUI INIBENT LES igA SECRETOIRES,
  • LES VARIATIONS DES ANTIGENES (AG)DE SURFACES DE CERTAINES BACTERIES,
  • CHEZ CERTAINES BACTERIES LES VARIATIONS ANTIGENIQUES PEUVENT SE REALISER A UNE FREQUENCE ELVEE.GRACE ADES ELEMENTS GENETIQUES MOBILES (VARIATION D’ AG AFREQUENCE ELEVEE ,

EX : AGH DES SALMONLLES,

AG DE PLI DU GONOCOQUE,

CAPTATION DE FER :

LES BACTERIES PATHOGENES POSSEDENT DES SYSTEMES DE CAPTATION DU FERENTRANT EN COMPETITION AVEC LES TRANSPORTEURS DE FER CHEY L’HOTE ( LACTOFERRINE, TRANSFERRINE)

IV- CONCLUSI0N PIONTS CLELES :

FACTEURS PERMETTANT A CERTAINE BACTERIES D’EXERCER UN POUVOIR PATHOGENE SONT MULTIPLES, ON PEUT DISTINGUER

  • LES FACTEURS PERMETTANT A LA BACTERIE S’IMPLANTER (ADHESION- INVASION)
  • LES FACTEURS PERMETTANT D’ECHAPPER DÉFENSES DE L’HOTE
  • ET ENFIN LES FACTEURS D’AGRESSION « LES TOXINES »

Cours du Dr L.BECHIR – Faculté de Constantine

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here