Tumeurs osseuses

0
6878

I- DÉFINITION :

  • Tumeur : prolifération anarchique de cellules

—> Normales : bénigne
—> Anormales : maligne

Produisante de différents tissus

  • La dénomination se fait à partir des tissus qu’elle produise.
  • Tumeurs osseuses :

– Produits osseux.
– Produits cartilagineux.
– Produits mésenchymateux.

II- ANATOMOPATHOLOGIE :

Les tumeurs osseuses :

  1. Tumeur productrice de tissu osseux.
  2. Tumeur productrice de tissu cartilagineux.
  3. Tumeur productrice de cellules géantes.
  4. Tumeur productrice de la moelle osseuse.
  5. Tumeur productrice de tissu conjonctif.
  6. Lésion pseudo tumorales (tumeur bénigne)
  7. Tumeur secondaire de l’os.

1- Tumeurs productrices de tissus osseux :

  • Tumeur bénigne: ostéome, ostéome ostéoide, ostéoblastome.
  • Tumeur maligne: osteosarcom.

2- Tumeurs productrices des tissus cartilagineux :

  • Tumeur bénigne : chondrome, ostéochondrome, fibrome chondro myxoide.
  • Tumeur maligne : chondrosarcome.

3- Tumeurs de la moelle osseuse : Tumeurs malignes

  • Sarcome d’Ewing : (enfant) et Réticulosarcome.
  • Lymphosarcome osseux.
  • Myélomes.

4- Tumeurs de tissus conjonctifs :

  • Fibrome desmodie : tumeur bénigne
  • Lipome osseux : tumeur frontière.
  • Fibrosarcome.

5- Tumeurs pseudo tumorales :

  • Kyste osseux
  • Kyste anévrismal.
  • Lacune métaphysaire.
  • Granulome éosinophile.
  • Dysphasie fibreuses.

III- TABLEAUX CLINIQUES :

A- Tumeurs douloureuses :

  • Douleurs nocturnes : ostéoblastome, ostéome ostéoide.
  • Douleurs au froid : tumeur Glomiques (à partir du tissu conjonctif)
  • Les tumeurs malignes sont tjrs douloureuses.
  • Les tumeurs douloureuses doivent subir une biopsie.

B- Tumeurs volumineuses :

  • Saille des ostéochondromes (près des articulations), refoulement des tendons, nerfs et vx.
  • Les chondromes près des ceintures peuvent limiter les amplitudes et refouler les axes des vasculo-nerveux
  • Envahissement des parties molles par des tumeurs malignes.
  • Refoulement des organes voisins
  • Gene liée au volume :

– Saillie et tension
– Tumeur proche de l’articulation raideur (^l amplitude)
– Compression vasculaire : pouls.
– Compression nerveuse : motricité et sensibilité.
– Conflit avec un tendon

C- La Douleurs + la tuméfaction :

  • Chondrome solitaire : traitement : résection complète et reconstruction par greffe osseuse et plaque.
  • Exostose ostéogénique
  • Chondrosarcome :

– envahissement des parties molles
– récidives locales.

D- Fractures pathologiques :

  • Fractures sans traumatismes violent.
  • Enfant :

– Kyste osseux de l’enfant « fémur, humérus »
– Fibrome non ossifiant « fémur, tibia »
– Granulome éosinophile.
– Dysphasie fibreuse.

  • Adulte :

– Tumeur a cellule géantes.
– Kyste anévrismal.

IV- RADIOLOGIE STANDARD :

  • Tumeur bénigne :

– Image bien cernée.
– Corticale normale.

  • Tumeur Maligne :

– Ostéolyse large.
– Pas de contour net.
– Rupture de la corticale.
– Réaction périostée « enfant »
– Envahissement des parties molles

  • Images particulières :

– Tumeur bénigne : Kyste osseux solitaire : Migration vers la diaphyse avec la croissance
– Tumeur maligne :

1- Ostéosarcome :
– Zone lytique
– Réaction périostée lamellaire
– Rupture de la corticale
– image en feu d’herbe et ossification des parties molles.

2- Chondrosarcome périphérique :
– Développement immédiat dans les parties molles.
– Forme difficile à mettre en évidence sur une Rx.

3- Envahissement des parties molles :
– Chondrome périosté (juxta cortical)
– Ostéosarcomes (jamais au pied ni à la main)

4- Formes débutantes :
– Petites zones gommées.
– Petite réaction périostée en face d’une zone dense.

V- BILAN COMPLEMENTAIRE :

  • Comporte :

– TDM
– IRM
– Scintigraphie osseuse
– Artériographie
– Bilan biologique (myélome)
– BIOPSIE

  • Biopsie :

– Systématique ;
– Indispensable pour faire le diagnostic et décider du mode de traitement
– Le diagnostic anatomopathologique est parfois difficile.

  • TDM : moyen d’analyse topographique, montre le nidus
  • Scintigraphie : hyperfixation nette
  • IRM : obligatoire pour le Traitement chirurgical +++
  • Bilan d’extension : TDM, IRM, scintigraphie
  • Radio parfois suffisante

– Ostéochondrome
– Kyste essentiel
– Lacune corticale

  • Parfois squelette entier

– Maladie des exostoses multiples
– Granulome éosinophile
– Enchondromatose (Ollier) : métaphyse ++, asymétrie des lésions (unilatéralité dans 50%)

VI- ARGUMENTS TOPOGRAPHIQUES :

A- Selon la localisation :

  • Métaphyses

– Tumeurs cartilagineuses
– Kystes
– Fibromes non ossifiants

  • Épiphyses

– Chondroblastomes
– Tumeurs à cellules géantes
– Kystes anévrismaux

  • Diaphyses

– Dysplasies fibreuses,
– Adamantinomes : Lyse corticale lacunaire
– Ostéomes ostéoïdes : Condensation corticale, le nidus

B- Selon l’os touché :

  • Rachis

– Granulomes éosinophiles
– Angiomes, kystes anévrismaux, ostéoblastomes, chordomes

  • Os plats : Granulomes éosinophiles
  • Os de la main : Chondromes
  • Tendance plurifocale

– Dysplasie fibreuse,
– Enchondromatose
– Ostéochondromatose

C- Diagnostic souvent difficile :

  • Kyste osseux
  • Dysplasie fibreuse

VII- TRAITEMENT :

  • Chirurgie :

– Amputation,
– Résection (doit passer à distance des lésions)
– Reconstitution (par prothèse).

  • Chimiothérapie

Cours du Pr Bouzitouna – Faculté de Constantine