Tumeurs du testicule

0
209

I- TUMEURS GERMINALES :

A- CLASSIFICATION DESTUMEURS GERMINALES (TG) :

• Tumeurs germinales Séminomateuse TGS : Séminome

• Tumeurs germinales Non Séminomateuses TGNS :
– Carcinome embryonnaire
-Tératome
-Tumeur vittelline
-Chorio Carcinome

• Tumeurs serminales Mixtes : Séminome + Choriocarcinome + Tumeur vitelline ….

B- LES MARQUEURS TUMORAUX :

Ont un rôle capital dans la surveillance des patients:

βHCG :

• TGNS avec choriocarcinome ou syncitiotrophoblaste

• TGS avec syncitiotrophoblastes

AFP (alpha-foeto-proteine) :

• TGNS avec tumeur vitelline

C- TUMEURS GERMINALES SEMINOMATEUSES :

1- Séminome :

La plus fréquente des TG pure du testicule: 40 à 45% des TG. Survient entre 30 et 45 ans.

Il n ya pas d’augmentation des marqueurs sériques sauf le séminome à cellules syncitiotrophoblastiques qui présente une augmentation des 13 HCG.

Macroscopie : nodule unique bien circonscrit ou nodules multiples ± confluents. La Tumeur est homogène blanc-rosé ou grisâtre et ferme.

Histologie : la Population tumorale est monomorphe, faite de cellules de grande taille à cytoplasme clair ou finement éosinophile PAS +.

L’Architecture: massive ou cordonale, parsemée de septa fibreux et d’éléments lymphocytaires .Une réaction granulomateuse est observée dans environ la moitié des cas

Le pronostic: le risque de récidive et de métastases sont associés au stade tumoral

2- Séminome spermatocytaire :

1 à 2% des tumeurs germinales.

Survient après 50ans

Il n’est associé à aucun facteur de risque des tumeurs germinales

Il n’est jamais associé aux autres formes histologiques des TG

Macroscopie : Tumeur de 3 à 15 cm, souvent multinodulaire, blanchâtre ou jaune pale, présentant parfois des aspects mucoides

Histologie : La Population cellulaire comportant de petites cellules, des cellules de taille intermédiaire sans glycogène et quelques cellules plus volumineuses parfois multinucléees.

L’étude immunohistochimique : la plus part des marqueurs sont négatifs.

Le Pronostic : bon, ne nécessite pas en principe de traitement après orchidectomie.

D- TUMEURS GERMINALES NON SEMINOMATEUSES (TGNS) :

Surviennent chez l’homme jeune entre 15 et 35 ans. Représentent 60% des Tumeurs du testicule.

Elles sont constituées de tissus embryonnaires et/ou différenciés, d’origine ectodermique, endodermique et mésenchymateuse, purs ou combinés en proportions variables.

Macroscopie : Les TGNS sont hétérogènes, liés à des remaniements hémorragiques et nécrotiques

1- Carcinome embryonnaire :

Macroscopie : Tumeur mal limitée, souvent remaniée par de la nécrose et l’hémorragie.

Histologie: Tumeur composée de cellules épithéliales peu différenciées, à cytoplasme clair. Quelques éléments SynCyTiotrophoblastiques peuvent se voir isolément.

L’architecture est compacte, adénoide ou tubulopapillaire.

Les mitoses et les emboles vasculaires sont très fréquents.

Immunohistochimie : PLAP+ focalement dans 85 à 90 % des cas. AFP+: faisant discuter l’association avec Tm vitelline

2- Tumeur vitelline :

macroscopie : nodule, solide, avec des aspects myxoides ou gélatineux voire kystiques

microscopie : Les aspects réticulaires ou micro kystiques sont les plus caractéristiques. On décrit également des aspects macro kystiques, papillaires, solides, glandulaires.

Immunohistochimie : AFP (alphafoetoproteine ) : positive

3- Choriocarcinome :

Le choricarcinome pur est exceptionnel. Il est associé à d’autres formes histologiques.

Il n ‘est observé que dans 15% des TGNS.

Les formes mixtes contiennent des éléments syncytiotrophoblastiques isolés responsables de l’élévation sérique des Béta HCG.

Macroscopie : Aspect pseudoplacentaire et se caractérise par la présence de remaniements hémorragiques et nécrotiques

Histologie : association de foyers de cytotrophoblaste et de syncytiotrophoblaste malins. Le stroma est toujours hémorragique.

4- Tératomes mature et immature :

Macroscopie : Tumeur associant des zones solides et des zones kystiques. Parfois les kystes sont de petite taille contenant un liquide mucoide

Histologie : ils sont le plus souvent pluritissulaires constitués de tissus adultes différenciés répartis de façon anarchique:

épithélium malpighien de type épidermique + annexes cutanés,

épithélium respiratoire ou entéroide et le cartilage sont les structures les plus habituelles.

Occasionnellement: tissu nerveux glial, musculaire, osseux, rénal

La présence de tissu de blastème et de tubes embyonnaires est également habituelle.

Immunohistochimie : AFP + dans les structures matures de type digestif, pulmonaire ou hépatique.

Pronostic :

  • Chez l’adulte: potentiel métastatique sous formes tératomateuses pures ou non tératomateuses (tumeur vitelline ou carcinome embryonnaire).
  • Chez l’enfant prépubere: les lésions tératomateuses ont une évolution habituellement indolente.

5- Tumeurs germinales composées de plus d’un type histologique :

Elles sont dites mixtes, complexes, associant au moins 2 des formes précédentes.

Toutes les combinaisons sont possibles. L’association la plus fréquente est le térato- carcinome 26 %

Association Carcinome Embryonnaire et séminome : 16 %

• Carcinome embryonnaire + tératome + Tm vitelline : 11%

• Les facteurs histologiques de mauvais pronostic, corrélés à une extension métastatique sont :
* l’évolution des taux des marqueurs
* Une large proportion de carcinome embryonnaire > 50 à 80%
* Présence d’emboles vasculaires ou lymphatiques

II- Tumeurs des cordons sexuels et du stroma gonadique :

• Les Tumeurs des cordons sexuels sont habituellement des Tumeurs à cellules de leydig ou à cellules de sertoli. Celles-ci sont accompagnées d’un contexte dyshormonal et sont souvent bénignes.

• La malignité de ces Tm est souvent affirmées seulement lorsque surviennent des métastases.

• Les critères de mauvais pronostic sont :

  • l’âge du patient > à 50 ans,
  • Taille de la Tm > à 5 cm
  • emboles vasculaires
  • index mitotique > à 5 mitoses pour 10 champs

1- Tumeurs à cellules de Leydig :

• Élévation de testostérone et d’oestrogènes sériques

• 3% de ces Tm sont bilatérales.

• Elles semblent toujours bénignes chez l’enfant

• Chez l’adulte 10 à 15 % ont un potentiel de malignité.

Macroscopie : Tm de petite taille, bien limitée , de 3 à 5 cm de diamètre, ferme, jaune- orangé a la coupe.

Histologie : population dense et homogène de grandes cellules polyédriques acidophiles avec des noyaux nucléoles.

• Les cristaux de Reinke intracellulaires sont observés dans 1/3 des Tm.

2- Tumeur à cellules de Sertoli : (TS)

Les différents types de TS, riche en lipides, sclérosante, à grandes cellules calcifiantes et malignes surviennent plutôt chez l’adulte.

Les TS à grandes cellules calcifiantes se voit à tout âge, en moyenne 16 ans dans un contexte dysgénésique comme, le syndrome de Camey ( adenome hypophysiare, myxome cardiaque, hyperplasie corticosurrenaliennen lentiginose cutanée), un sydrome de Peutz-jeghers (polypes intestinaux, lentiginoge cutanée).

Les Tm bilatérales sont toujours bénignes.

Macroscopie : Tm multilobée bien limitée, de couleur jaunâtre ou grisâtre mesurant en moyenne 3,5 cm. Les remaniements sont rares

Histologie : Prolifération diffuse en nappe ou en nodules. Les cellules s’organisent en tubes en travées ou en cordons. Le stroma œdémateux ou hyalinisé.

Tumeurs du testicule 10 à 20 % des TS sont malignes s’observant uniquement chez l’adulte.

Classification QMS 2016 des tlutteurs testiculaires (Tableau 2 Classification OMS 2016 des tumeurs du testis)
Classification TNM des tumairs testiculaires (Tableau 2 : Classification TNM 2009)

Cours du Dr K. Benabaddou – Faculté de Constantine

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here